Les ministres algérien, tunisien et égyptien des Affaires étrangères prévoient de se réunir, le 1er mars prochain à Tunis, pour tenter de donner corps à la proposition du président tunisien, Béji Caïd Essebsi, de consacrer un sommet à la crise libyenne. «Les présents à cette réunion s’attelleront surtout à déblayer le terrain, car la tâche ne s’annonce pas facile. La crise libyenne est un dossier lourd qui ne peut pas être réglé en un tour de main», explique une source gouvernementale, qui ajoute que «l’Algérie ne croit pas à l’idée qu’une solution puisse venir de l’extérieur».

«C’est aux Libyens qu’il revient de forger eux-mêmes le consensus dans le cadre d’un dialogue inclusif», insiste la même source, qui précise toutefois que l’Algérie ne ménagera de son côté aucun effort pour que les Libyens retrouvent la paix. L’Algérie a déjà joué un rôle déterminant pour convaincre les partisans d’une solution militaire d’abandonner leur option et de miser plutôt sur un règlement politique de la crise libyenne.

«La solution à la crise libyenne ne peut qu’être politique», soutient une autre source qui souligne que «l’Algérie œuvre actuellement pour que les Libyens adoptent un seul agenda et pour que la communauté internationale en fasse de même». Pour autant, la même source indique que même si, en apparence, les choses commencent à aller dans le bon sens, «il faut rester prudents car nous ne sommes toujours pas à l’abri d’un éventuel dérapage en raison de la volatilité de la situation, des trop nombreuses ingérences dont fait l’objet le conflit et de la multiplication des initiatives».

De tous les pays impliqués dans le règlement du dossier libyen, l’Algérie a, mentionne-t-on, la position la plus avantageuse. Comment ça ? La diplomatie algérienne, dit-on, entretient des canaux de discussions avec tous les acteurs libyens, qu’ils soient de la Tripolitaine, du Fezzan ou de la Cyrénaïque. Ce constat fait d’ailleurs dire à un diplomate algérien que «l’Algérie n’a pas besoin de l’aide de Rached Ghannouchi, le président du parti islamiste tunisien Ennahdha, pour entrer en contact avec telle ou telle personnalité libyenne». La même source a tenu à rappeler, à ce propos, que «l’Algérie avait accueilli, dans la discrétion la plus totale en 2014, pas moins de 200 personnalités libyennes», ajoutant qu’actuellement toutes les parties libyennes font confiance à l’Algérie et n’hésitent pas à venir à Alger.

L’énigme  Ghannouchi

Le président du parti islamiste tunisien Ennahdha, Rached Ghannouchi, a récemment multiplié les déclarations tant dans la presse algérienne que tunisienne dans lesquelles il a notamment indiqué que ses déplacements à Alger se faisaient avec l’accord du président Béji Caïd Essebsi et qu’ils portaient exclusivement sur le dossier libyen.

Dans un long entretien accordé à un média tunisien, le chef islamiste a soutenu que son rôle a consisté à établir une «passerelle» entre l’Etat algérien et Ali Salabi, le prédicateur et dirigeant islamiste libyen réputé proche du Qatar. Rached  Ghannouchi, qui est pratiquement reçu en audience par le président Bouteflika à chacun de ses voyages à Alger, a ainsi indiqué avoir organisé récemment, dans sa demeure à Tunis, une rencontre entre Ahmed Ouyahia, le directeur de cabinet du président Bouteflika, et Ali Salabi.

Du côté du plateau des Annasser, on soutien toutefois mordicus qu’Ahmed Ouyahia n’est pas allé à Tunis en tant que directeur de cabinet du président de la République et que le dossier libyen est géré exclusivement par le ministère des Affaires étrangères. En clair, cela veut dire que l’Algérie ne mène pas de diplomatie parallèle. Une question demeure cependant : en qualité de quoi et pourquoi Ahmed Ouyahia a-t-il rencontré Ali Salabi à Tunis ?

Par Zine Cherfaoui in El Watan du 15/02/2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s