« Le rôle des leaders religieux de la région du Sahel  dans la protection des jeunes contre l’extrémisme violent », sera le thème du 5ème atelier de la Ligue des oulémas, prêcheurs et imams des pays du Sahel, prévu les 24 et 25 janvier dans la capitale tchadienne, N’Djamena. La rencontre organisée en partenariat avec l’Unité de fusion et de liaison (UFL), sera « un cadre d’échange, d’expériences et de bonne pratique » et verra la participation d’éminents leaders religieux, érudits, imams et prêcheurs représentant les pays membres et des pays observateurs du bureau exécutif de la Ligue, ainsi que des représentants d’organisations sous-régionales et régionales, universitaires et acteurs issus du monde cultuel local. Le bureau exécutif de la ligue comprend l’Algérie, le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, Nigeria et Tchad, ainsi que trois pays observateurs  qui sont la Côte d’ivoire, la Guinée, et le Sénégal.

Les participants aborderont plusieurs axes notamment, l’utilisation des nouvelles technologies par les leaders religieux afin de « promouvoir un  discours prêchant les bons comportements et la haute morale auprès des jeunes, et leur inculquer les valeurs d’échanges et de tolérance, dans un climat de  paix, de sécurité, de stabilité », expliquent les organisateurs. Ils établiront également un Etat des lieux des expériences, stratégies, programmes ou initiatives des leaders religieux dans la région du Sahel dans  la protection des jeunes contre la radicalisation et l’extrémisme violent. Cet atelier se fixe pour objectif principal d’ »engager une réflexion approfondie et de décliner des pistes concrètes de réflexion et d’action » permettant d’ »offrir un cadre de partage des expériences les plus efficientes dans le  domaine de la prévention de la catégorie des jeunes contre la menace que   représentent les idéologies déviationnistes, le radicalisme et l’extrémisme  violent ».

Protéger les jeunes ciblés par les groupes extrémistes

Les assises de N’djamena intervient au moment où la région du  Sahel, à l’instar de beaucoup de régions dans le monde, traverse une période de troubles de tout genre. La recherche des solutions à ces fléaux, indique-t-on, « nécessite la conjugaison des efforts de toutes les composantes de la société, dont ceux des  leaders religieux de la sous-région qui constituent les guides et les références  des populations locales ». Face aux fléaux liés au terrorisme, le radicalisme et l’extrémisme violent  en particulier, les membres de la Ligue ne cessent de mettre en garde les  jeunes de la région du Sahel contre l’embrigadement dont ils peuvent faire l’objet de la part des groupes extrémistes et terroristes. « Les groupes extrémistes et terroristes sont vecteurs de l’aveuglement et de l’ignorance », rappellent les imams et les guides religieux.

Face à un tel phénomène, la Ligue entend promouvoir, à travers son  action et ses objectifs fondamentaux, le rôle des leaders religieux dans la  protection des jeunes de la région du Sahel, et à travers eux, l’ensemble des  jeunes du continent, la culture de la paix, le dialogue et la cohésion sociale  dans la région, ainsi que la coexistence pacifique avec les autres religions  et cultures. Créée en 2010, l’Unité de fusion et de liaison (ULF) est un mécanisme  régional de coordination sécuritaire et d’échange d’information entre les pays  du Sahel dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent.

In APS du 22 /01/2017   

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s